parmi les remèdes, le « mindful-manger »

La faim nerveuse est un cercle vicieux dont nous devons nous échapper. C’est un problème qui peut arriver à tout le monde, dans les moments les plus impensables. Se réfugier dans la nourriture pour se consoler de quelque chose qui ne s’est pas passé comme vous le vouliez est une attitude plus courante que vous ne le pensez. Mindful Eating peut nous aider à faire tout cela ! Parce que c’est une façon d’acquérir de l’expérience qui implique complètement notre corps, notre cœur et notre esprit dans le choix, la préparation et la consommation des aliments quotidiens.

Remèdes
contre la faim nerveuse
Pendant les fêtes, la « lutte » avec la nourriture peut devenir encore plus difficile : ceux qui ont déjà une relation problématique avec la nutrition se trouvent confrontés à des déjeuners et dîners abondants, des bonbons en quantité industrielle et des sentiments de culpabilité qui en découlent, déclenchant des mécanismes qui poussent la personne en crise encore plus profonde. Grâce à Mindful Eating, nous utilisons nos sens en nous immergeant dans les couleurs, la texture, les parfums, les saveurs et les sons de ce que nous buvons et mangeons. De cette façon, nous explorons avec curiosité nos réactions à la nourriture et les signaux internes de faim et de satiété. Apprendre à manger consciemment tous les aliments semblera mille fois plus savoureux et plus savoureux. Nous devrons également en manger beaucoup moins, car nous en serons satisfaits beaucoup plus tôt.

Avez-vous vu cela : Coronavirus : le nombre de personnes infectées identifiées a augmenté de 35 et le nombre de personnes décédées de 3

L’approche thérapeutique
Comment trouver un équilibre qui vous permettra de rendre le temps de vous mettre à la table plus serein ? « Mindful—Eating est une approche thérapeutique innovante et largement reconnue par la communauté scientifique — explique la psychothérapeute de MeteoWeb Federica Faustini, responsable du domaine Psychologie du B-Woman Center for Women’s Health de Rome — qui, par le biais d’un protocole normalisé de neuf réunions ( MB-EAT) permet à tous ceux qui entretiennent une relation conflictuelle avec la nourriture d’y faire face et de le résoudre. De nombreuses personnes, en fait, bien qu’elles ne souffrent pas de troubles alimentaires clairement diagnostiqués, ont une relation négative avec la nutrition, mais de manière totalement involontaire. Pensons à ceux qui souffrent de faim nerveuse et qui ont recours à la frénésie pour gérer leurs émotions négatives, ou aux « personnes à la diète » qui subissent un régime alimentaire continu et épuisant, faisant passer le corps d’un état de privation physiologique et psychologique (régime alimentaire allumé) à un état de suralimentation incontrôlée (désactivé), jusqu’à un « mangeur frénétique » dont les mécanismes de faim et de satiété sont profondément défectueux. »

L’alimentation consciente, souligne l’expert, « représente un très bon moyen de cibler ce cercle vicieux qui alimente la faim émotionnelle, offrant l’occasion de reconnaître le déclenchement de ce mécanisme que nous avons vous apprend à le reconnaître à temps afin de ne pas y entrer ou de s’en sortir, une fois qu’il est déclenché. Chaque fois qu’un cercle vicieux se brise, la mauvaise habitude de consoler avec la nourriture s’affaiblit, laissant place à des moyens plus sains d’y faire face. En outre, des études sur le protocole MB-EAT (Mindfulness Based-Eating Awereness Training) montrent que, s’ils sont utilisés en psychothérapie, même 4 mois après la fin du protocole, 95 % des personnes atteintes de Binge mangeant ne répondent plus aux critères du trouble de l’alimentation (Kristeller et al., 2012). » , poursuit Faustini, « vous permet de revenir à une alimentation consciente, aidant littéralement le cerveau à rétablir son travail naturel de régulation des revenus et des dépenses caloriques. Grâce à l’utilisation de ce protocole, le patient sera en mesure de faire des choix alimentaires en faveur de la santé et du bien-être, sans avoir recours au « pilote automatique » qui commence souvent en mouvement. Nous serons en mesure de distinguer entre la faim émotionnelle et la faim physiologique, de comprendre quels sont les aliments « déclencheurs » qui déclenchent des binges compulsives, de connaître et de gérer les pensées dysfonctionnelles et les croyances qui mènent à l’alimentation électrique incontrôlée. La poursuite de ces objectifs permettra au patient de perdre du poids excessif et de maintenir une forme physique optimale. »

A lire en complément : Façons naturelles pour obtenir des cils plus pleins